Passez au contenu
AccueilPollinisation : verdir sa collectivité › Pollinisation : verdir sa collectivité

La Fondation TD des amis de l’environnement (FAE TD) fait verdir votre collectivité depuis 25 ans. Nous soutenons notamment les projets de pollinisation au pays.

Saviez-vous qu’un aliment sur trois dépend des abeilles, des papillons et d’autres pollinisateurs? Ils jouent un rôle clé dans la reproduction des plantes.

« Chaque colibri, papillon ou abeille qui bourdonne autour des fleurs à la recherche de nourriture joue un rôle clé dans le transport du pollen entre les parties d’une fleur, amorçant ainsi la fécondation de la plante », explique Caroline Biribauer, coordonnatrice des activités de sensibilisation de l’Office de protection de la nature de la région d’Essex. Les chauves-souris, les coléoptères, les mouches, les fourmis et bien d’autres encore sont également des pollinisateurs.

Pourquoi les pollinisateurs sont-ils importants?

Une grande partie de nos aliments, et même de nos médicaments, dépendent de la pollinisation. Dans les faits, environ 90 % des plantes à fleurs et un tiers des cultures destinées à l’alimentation dépendent de la pollinisation pour se reproduire, selon Mme Biribauer. « Les pollinisateurs forment ainsi une partie intégrante du réseau complexe qui favorise la biodiversité des écosystèmes naturels et ils aident à assurer notre subsistance », poursuit-elle.

Malgré leur importance pour l’environnement, les pollinisateurs sont en danger. La population de nombreuses espèces est en déclin notamment à cause des maladies, de la destruction de leur habitat, des espèces envahissantes et des changements climatiques. « Le déclin répandu des pollinisateurs indigènes menace la production alimentaire à l’échelle mondiale », avertit-elle.


Aider les pollinisateurs à subsister

Voici quelques idées pour aider les oiseaux et les insectes pollinisateurs à mener leur mission à terme – dans votre cour arrière.

Plantez des espèces indigènes. Les pollinisateurs préfèrent les espèces indigènes, explique Mme Biribauer, alors plantez des fleurs sauvages, des plantes herbacées, des arbres et des arbustes de votre région. La présence de différents types de plantes diversifie l’habitat.

Cultivez des herbes. De nombreuses herbes et plantes annuelles – comme la menthe, l’origan, l’ail, la ciboulette, le persil et la lavande – ne sont pas des espèces indigènes, mais elles sont bénéfiques pour les pollinisateurs. Veillez à choisir des espèces non envahissantes.

Évitez les plantes trop hybrides. Les fleurs qui ont été considérablement modifiées – comme les fleurs doubles ou celles qui ne sont pas de la même couleur que l’espèce sauvage – pourraient ne pas contenir de pollen ni de nectar ou ne pas être reconnues par les pollinisateurs, met en garde Mme Biribauer.

Promouvez la diversité. Optez pour une variété de fleurs de différentes couleurs, tailles et fragrances, tout en les regroupant pour en faciliter l’accès aux pollinisateurs. De plus, utilisez des plantes dont la floraison dure trois saisons afin d’attirer les pollinisateurs du printemps jusqu’à l’automne.

Scrutez la pépinière locale. Si vous voyez que des abeilles ou des papillons préfèrent certaines espèces à votre pépinière, envisagez de cultiver ces plantes.

Fournissez l’eau. Les pollinisateurs ont besoin d’eau pour s’abreuver et pour se laver, explique Mme Biribauer, alors offrez-leur de l’eau dans un contenant peu profond aux parois peu élevées (comme la petite soucoupe d’un pot à fleurs) afin que les pollinisateurs puissent s’approcher de l’eau sans s’y noyer. Changez l’eau tous les jours.

Évitez ou réduisez au minimum l’utilisation de pesticides. « Découvrez la multitude de moyens naturels pour combattre les parasites et les maladies », conseille Mme Biribauer.

Créez des sites de nidification avec des blocs de bois ou des tubes. Laissez certaines parties du sol dénudées ou utilisez du gazon très court pour les abeilles indigènes qui nichent dans le sol. « Évitez les amas de paillis, qui permettent difficilement aux abeilles d’accéder au sol », recommande Mme Biribauer.

Prenez en compte le cycle de vie. Mettez en place un habitat pour tous les cycles de vie d’un pollinisateur. Privilégiez les plantes qui produisent du nectar pour les adultes et utilisez des plantes hôtes (tels que les asclépiades indigènes) pour les chenilles et les chrysalides.

Pour en savoir davantage sur les façons de donner vie à votre jardin à l’aide des pollinisateurs, visitez le site de Pollinator Partnership (en anglais).

Vous pouvez appuyer les programmes de pollinisation de votre collectivité en faisant un don à la FAE TD.

Faire un don

Chaque dollar que vous donnez vient financer des projets environnementaux dans votre collectivité. Changez les choses dès aujourd’hui.

Faire un don

Renseignez-vous

Voyez comment la FAE TD a soutenu plus de 26 000 initiatives environnementales partout au Canada.

En savoir plus

Demandeurs de subvention

Vous avez besoin de financement pour votre projet environnemental? Voyez si votre projet est admissible à une subvention de la FAE TD et comment présenter une demande.

Soumettre une demande de subvention


Depuis 25 ans, la Fondation TD des amis de l’environnement contribue à protéger l’environnement et à verdir les collectivités partout au Canada. En faisant un don à la FAE TD, vous soutenez directement des projets qui changent les choses dans votre collectivité.

La Fondation TD des amis de l’environnementNuméro d’enregistrement/NE :133702845RR0001

*Frais de messagerie et de données applicables. Tous les frais seront facturés par votre fournisseur de téléphonie cellulaire et lui seront payables.
   

Partager
Courriel

La totalité de chaque dollar sert à changer les choses

Choisissez le montant de votre don.